Articles les plus récents

mercredi 13 mars 2019
par  Envers

Renôt Mégane

Mon nom de famille est Renôt
Mais plus Mégane pour les intimes
Défaut du lion sous le capot
Je suis un âne et une victime
Handicapé patronymique
Ma double peine est prononcée
En plus d’un nom quasi inique
On en rajoute pour m’achever
C’est la mode des prénoms uniques
Donnés par des parents sans têtes
Le règne du gosse informatique
Est couronné d’un nom bébète
Rivé à mon jeu vidéo
Prison virtuelle du millénaire
Je me dois de suer sang et eau
Tuer du G.I en mode binaire
Perle d’inculture restée dans l’huître
Issue du moule consommation
Devant mon écran , les trois huit
Aliènent ma vie sans sommation.

vendredi 21 décembre 2018
par  Envers

Baguette

Voici cinq ans que je te goûte
Tu sors pétrie de mains d’artiste
Et peu importe combien tu coûtes
Prioritaire sur ma liste
Ton air de rien sur lit de paille
Ne trompe pas le connaisseur
Comme un bijou strié d’entailles
Tu es la broche du confiseur
Tu es si chaude et parfumée
Sortant du four , tu t ’épanouis
Ma douce épeautre si bien née
Quand je te croque , je m’évanouis.

samedi 8 décembre 2018
par  Envers

Gilles

Un vent nouveau souffle à Paris
Et toute la France est courroucée
Radars , essence , et hausse des prix
Colorés de marée-chaussée
Gilles est jaune fluo de colère
Brandit ses revendications
Devant , derrière , on vocifère
Aux lacrymo de la nation
Il se démène comme un beau diable
Fait fi des interpellations
Lâche l’écran de son portable
Pour des pancartes d’indignation
A bout de force et d’artifice
Il se repose aux barricades
Au loin s’enflamme un édifice
Emblème crucial de la décade
Les lycéens s’y mettent aussi
Réminiscence de soixante huit ?
Mais ce qui m’intéresse ici
C’est de connaître leur audit
Récupérées pour l’occasion
Leurs voix sont muettes d’insouciance
Ils gueulent , ils bêlent comme des moutons
Si corvéables dans leur mouvance.

mercredi 17 octobre 2018
par  Envers

Hooligan

Le football ne m’intéresse pas
J’aime avoir peur jusqu’à l’extrême
Elle noue mes tripes de haut en bas
Je la vénère dans mes blasphèmes
Je pense à la prochaine baston
Au champ d’honneur du hooligan
La pression monte en réunion
Dans ma bouteille et dans mon âme
Bagarres de rue , bagarres féroces
Il faut bien que mon énergie
Ma rage , ma haine trouvent un négoce
Oû tôt ou tard elle ressurgit
Regard perdu , regard fuyant
Suis je marionnette en bout de fils
Quand je m’élance tout en criant
Mes actes scellent- ils mon profil ?
Je dirais non pour ma décharge
Le temps qui passe détord les torts
Et l’âge aidant prend à sa charge
Des convictions devenues retors.

mercredi 12 septembre 2018
par  Envers

Mayas

Il fut un temps pas si ancien
Je bourdonnais de fleur en fleur
Je butinais d’un air badin
Des roses , des blanches , toutes les couleurs
Je disparais dangereusement
C’est l’hécatombe des pesticides
Je suis en peine , mais heureusement
On se penche sur l’abeillicide
J’étais jumelle des confitures
Dans la fraîcheur des cuisines
Et pour un robot miniature
Le mondialisme m’assassine
Mais voici qu’un homme politique
Apporte de l’eau à mon moulin
A-t-il eu un sursaut d’éthique ?
Motivant l’intérêt soudain ?
Mais j’arrête d’être mauvaise langue
Ma résurrection est en marche
J’en ai fini de mes harangues
Au domicile , je vous démarche.