Vingt scènes

mardi 27 décembre 2016
par  Envers
popularité : 79%

Pendant quelques minutes

Agitant sa cravache

Il croit atteindre son but

Son cheval se détache

Mais il est rattrapé

Par plus rapide que lui

Un connard plus léger

Ca le differencie

Cinquante kilos de bétise

Sur un pauvre canasson

Que faut-il que je dise ?

Chacun gagne son charbon

Une vieille bète fourbue

Retourne à l’écurie

Elle a fait mal au cul

A son jockey chéri

C’est bien sa seule vengeance

Parfois une belle gamelle

Vient pimenter l’ambiance

Et allège sa selle

Mais eux peuvent courir

Ils sont en liberté

Ils n’ont pas à souffrir

D’ètre des prisonniers

Je pense évidemment

Aux animaux de France

Qui charment les enfants

Dimanche après dimanche

Dans leurs cages dorées

Et malgré tout l’amour

De ces arches de Noé

A quai et pour toujours

Ils tournent tous en rond

Et goutent à la folie

Celle de la prison

Sans rien avoir commis

Ces bètes neurasthéniques

Selon toute vraisemblance

Sont plus dans une clinique

Que dans un camp de vacances

Elles ne sont pas heureuses

Et je refuse de croire

Que leurs journées radieuses

Consistent à venir les voir.


Commentaires