Chut...! Christian dort !

mardi 27 décembre 2016
par  Envers
popularité : 95%

Les empereurs de la haute couture

Imposent leurs régimes drastiques

A une abstraite progéniture

En état de mort clinique

Des marionnettes faméliques

Fagotées comme Dracula

Réveillent l’esprit critique

Qui sommeille parfois en moi

Voir défiler des squelettes

Avec la peau sur les os

Plait au public peut-ètre

Mais pas à moi,loin s’en faut

Sous la lumière des photographes

J’aurais envie de mettre une baffe

A ceux qui manipulent l’ élégance

Et font de l’extravagance

Le fil rouge de tous leurs choix

J’en veux pour preuve ou une fois

Un de ces crétins satéllisés

S’est vu mettre le holà

A la suite d’une riche idée

Puisée dans sa lunathèque

De crétin héroinisé

La maigre bibliotheque

Du fruit de ses stupides pensées

A l’epoque ou le technicolore

N’était pas encore inventé

Des tops en haillons bicolores

En souvenirs de tristes années

Ont osé sublimer la mort

Dans un sinistre défilé

La honte ne les ettouffe pas

Et le moins que l’on puisse dire

C’est qu’elles enfilent n’importe quoi

Meme des affreux souvenirs

C’est l’unique fois de leur carriere

Ou leur maigreur fut justifiée

Si seulement c’etait la dernière

Une page de mode pourrait tourner

Encore faudrait-il pour ce faire

Qu’elles soient moins écervelées

La connerie n’a pas de frontières

En l’occurence des barbelés

Si d’aventures leurs serpillieres

Sont bien en vente sur le marché

Je vous parie l’anti matière

Qu’un connard en a acheté.


Commentaires