Une rencontre

lundi 26 décembre 2016
par  Envers
popularité : 90%

Je marche seul dans mon village

Les réverbères éclairent l’asphalte

Soudain surgit d’un vieux grillage

Un petit chat aux yeux cobalt

Visiblement très affaibli

Je sens ses os sous mes carresses

J’écrase une larme et je souris

Je suis la fin de sa détresse

A peine plus gros que mes deux poings

Il se blottit tout contre moi

Sa mère n’est peut-être pas loin

Il n’a pourtant pas pris de poids

Je le protège d’une pluie battante

Et le rechauffe dans mon bonnet

Sa petite tête dodelinante

M’arrache du cœur quelque sonnet

C’est bien le ciel qui nous assemble

Et soulage nos deux solitudes

Un chaton dans mes deux mains tremble

Ivre de faim et d’hébétude

A peine rentrés à la maison

J’enveloppe ma petite boule de poils

Je cherche dans mes provisions

Toutefois sans trouver l’idéal

Et les jours passent avec bonheur

Petit minou reprends des forces

Petit minou reprends vigueur

Quand son déclin se désamorce

Il court , il saute , et il gambade

Laisse éclater sa joie de vivre

Espiègle et drôle en dérobade

Sa forte présence mérite un livre

Tu es mignon dans ton sommeil

Mon acrobate si merveilleux

Tes poses comiques sont sans pareilles

Et rivalisent pendant tes jeux

Et quand tu grimpes sur mes genoux

Pour un calin inconfortable

Ton regard aux petits yeux doux

Guette mon assiette sur la table

Puis tu t’endors dans un couffin

Ton petit ventre attire ma bouche

J’embrasse l’adorable coussin

Avant qu’il ne devienne farouche.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique